La griffe des mots

mercredi 19 juin 2019

GRIFFONNADE 365 : Portrait de Fellag

Unknown

Rencontres Jacques Copeau 2015 / Pernand-Vergelesses

Fellag raconte son parcours ; il dresse ainsi son autoportrait d'artiste dont l'humour force à l'exil

(d'après les notes saisies au cours de ses propos)

Fellag entre à l'Ecole de théâtre d'Alger, institution sous influence soviétique ; les comédiens, fonctionnaires, oeuvrent pour un théâtre de propogande. Seule l'arabe littéraire, classique est de mise.

Unknown-1

Fellag depuis toujours aime observer les gens dans les cafés, dans les files d'attente. Il s'eninspire pour parler le "créole algérien" - mélande de kabyle, d'arabe et de français - ce qui est mal vu par les islamistes. Cette langue nourrit un théâtre d'humour croquant la vie quotidienne.

Suivent quatre années qu'il nomme "brèche démocratique". Puis en 78 il séjourne au Québec et s'en revient en 85. Il est identifié comme un humoriste dangereux. Poursuivi, menacé de mort (La peur, principal moteur de ma création, dit-il), le voilà fuyant son pays en décembre 95, sans papier d'identité. Il se réfugie en France.

Son spectacle est de ceux qui évoluent sans cesse. En France, il joue pour bon nombre d'associations le même spectacle qu'en Algérie, puis il lui fait subir une francisation progressive. Il refuse de jouer dans de grandes salles, genre Zénith, il ne cherche guère les plateaux de télévision ou les studios de radio.

Un nouveau style s'impose à lui. Son enjeu : jouer pour les deux publics, français et algérien, sans provocation aucune. Un travail important d'écriture s'impose à lui, il se construit une méthode :

  • rédiger un texte littéraire pour cerner les propos qu'il voudrait présenter ;
  • réécrire ce texte pour le traduire en langue orale (entre 20 à 40 brouillons successifs) ;
  • une première tentative de mise en bouche ;
  • des essais publics (parfois jusqu'à 5 reprises).

Fellag insiste sur le fait que le costume de scène aide à jouer.

Il construit tous ses spectacles désormais de la façon suivante :

  1. un prologue présentant le thème ;
  2. la petite comédie avec le personnage.

Posté par cistadomicit à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


FRAGMENT 15 : Rumeur

"Quiconque répand avec fougue et jubilation une rumeur tout en mesurant sa dose de calomnie et son effet destructeur mérite sans conteste le joli nom de serpent à sornettes."

Fulbert Gradichot, Frais ou veau ?, Editions Juste à côté.

123474158

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 18 juin 2019

GRIFFONNADE 365 : Nemo

images

Le capitaine Nemo, personnage de Jules Verne, personne sans identité ?

Nemo, en latin, personne. 

Une personne, mot sans masculin. Un personnage, mot sans féminin. Deux mots de même origine : persona, le masque porté par l'acteur.

"Ce personnage avait-il trente-cinq ou cinquante ans, je n’aurais pu le préciser. Sa taille était haute, son front large, son nez droit, sa bouche nettement dessinée, ses dents magnifiques, ses mains fines, allongées, éminemment « psychiques », pour employer un mot de chirognomonie, c’est-à-dire dignes de servir une âme haute et passionnée. Cet homme formait certainement le plus admirable type que j’eusse jamais rencontré. Détail particulier, ses yeux, un peu écartés l’un de l’autre, pouvaient embrasser simultanément près d’un quart de l’horizon. cette faculté - je l’ai vérifié plus tard - se doublait d’une puissance de vision encore supérieure à celle de nef land. Lorsque cet inconnu fixait un objet, la ligne de ses sourcils se fronçait, ses larges paupières se rapprochaient de manière à circonscrire la pupille de ses yeux et à rétrécir ainsi l’étendue du champ visuel, et il regardait ! Quel regard ! comme il grossissait les objets rapetissés par l’éloignement! comme il vous pénétrait jusqu’à l’âme ! comme il perçait ces nappes liquides, si opaques à nos yeux, et comme il lisait au plus profond des mers !... »

Un portrait dont la moitié s’attarde sur les yeux de cet homme. Un regard pénétrant, une vision hors du commun. Que voit-on d’un homme qui porte un masque ? Avant tout ses yeux. Nemo, le héros masqué par excellence, un acteur tragique jailli de l’océan, lieu de toute naissance, un voyant invisible, un solitaire dans l’immensité du grouillement naturel. 

Posté par cistadomicit à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 12 juin 2019

FRAGMENT 14 : Coeur

"Un coeur comme une aubaine en filigrane sur le raisin de la vie. J'ignore ce que signifie cette phrase, cependant, nom de Dieu, elle sonne clair et juste."

Fulbert Gradichot, Aphorisme, un art du faux et du rythme, Editions La pensée qui s'envole.

123471341

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 10 juin 2019

ATELIER D'ECRITURE 106 : Lire ses textes

Nuitdelalecture0619

 Atelier d'écriture 

Bibliothèque de Saint-Galmier (Loire)

Séance 9/9

Mercredi 12/06/2019

de 18h30 à 20h30

Thème : Mise en bouche

Dans la perspective de

LA NUIT DE LA LECTURE

 

du 29 juin prochain, choix et préparation des textes qui seront lus.

 

Renseignements pratiques :

04 77 52 59 37


GRIFFONNADE 365 : Analyse transactionnelle

swimmers-415823__340

Selon l'analyse transactionnelle, tout individu répartit sa parole selon trois axes

Dans le feu de la parole les trois axes, qui fondent radicalement la personnalité, se succèdent sans jamais se combiner.

Ils sont faciles à distinguer. Il s'agit de :

  • l'axe du "parent" : la parole est apprise, elle se réfère aux règles, aux valeurs, aux normes ;
  • l'axe de "l'adulte" : la parole est réfléchie, elle traduit la pensée, la réflexion, l'analyse, la raison ;
  • l'axe de "l'enfant" : la parole est ressentie, elle exprime l'intuition, l'émotion, l'imagination, la créativité.

Invitation à entendre et écouter, quel que soit le média, quelle que soit  la situation réelle, toutes celles et tous ceux qui prennent la parole pour témoigner, répondre, expliquer, justifier, débattre ou convaincre. S'exercer à repérer l'axe utilisé à un moment précis : cette personne énonce-t-elle une parole apprise, une parole réfléchie, une parole ressentie ?

Puis s'entendre quand on parle. Que suis-je en train de dire, qui parle à cet instant, mon côté "parent", "adulte" ou "enfant" ? Est-ce pertinent alors ?

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 5 juin 2019

FRAGMENT 13 : Foi

"Les fanatiques religieux ne souffrent-ils pas d'une overdose de foi ?"

Fulbert GradichotDieu roupille !, Editions du caramel mou.

123471243

 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 3 juin 2019

GRIFFONNADE 365 : Michel Tournier

81GzbTbq87L

Excipit du Vent Paraclet 

" Le présent s'éternise dans une imprévoyance et une amnésie divines. "

 

Excipit : dernière phrase d'un texte. Son contraire, l'incipit, première phrase d'un texte. L'une ouvre, l'autre ferme. 

Explicit serait préférable à excipit.

Explicit liber : le livre s'achève...

... par un événement qui clôt le récit : départ, révélation, disparition ;

... par une absence de conclusion : la fin n'est pas dite, l'action dramatique reste ouverte ;

... par un propos tirant une leçon d'un registre philosophique ou moral.

L'ultime phrase du Vent Paraclet - essai autobiographique  où le souvenir croise la réflexion, l'anecdote traverse la recherche esthétique - termine la partie nommée "Les malheurs de Sophie". Sophie, la sagesse, "fusion du savoir et du faire". Tournier désigne l'île, un de "ces lieux privilégiés entre tous" où l'on retrouverait l'absolu. Lui, a choisi d'être un homme-jardin. Un habitant d'ancien presbytère, à Choisel, dans la vallée de Chevreuse, il "creuse la terre et interroge le ciel". Là il comprend "que le temps se contracte". Le présent...

Posté par cistadomicit à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 1 juin 2019

ATELIER D'ECRITURE 105 : Ecrire une fin ouverte

door-2102603_1920

Atelier d'écriture  / 11ème année
Médiathèque, Saint-Symphorien/Coise (Rhône)

Séance 9/9, mardi 04/06/19 de 19h30 à 21h30

Thème : Conclure avec une petite ouverture...

Dernière séance de l'année 18/19. Dernières retouches aux textes en chantier. Derniers échanges, dernières lectures, dernières recommandations jusqu'à la prochaine fois.

Séance en plein air dans la douceur de juin. 

Il sera question de mener le récit à son terme.

 

mercredi 29 mai 2019

FRAGMENT 12 : Incontinent

" - Des géographes s'interrogent encore : l'Europe est-elle réellement un continent ?

- La question est totalement résolue en ce qui concerne Grand-père."

Fulbert Gradichot, Dialogues sous la tonnelle, Editions C'est pour dire.

123471135

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 22 mai 2019

ATELIER D'ECRITURE 104 : Ecrire à haute voix

vignette_judith

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier d'écriture 

Bibliothèque de Saint-Galmier (Loire)

Séance 8/9, Mercredi 29/05/2019 de 18h30 à 20h30

Thème : Ecrire à haute voix

Comment réécrire un texte en chantier grâce à sa mise en bouche : lire ses phrases pour en trouver la cadence et les modifier pour les rendre audibles.

Renseignements pratiques : 04 77 52 59 37

GRIFFONNADE 366 : PRESENCE

85de7a81037115e0492ffa0a732cdd11_L

 Alexandro Jodorowsky distingue l'être culturel, personne formée par les membres de la famille (par injonctions d'imitation) de l'être essentiel, personne programmé par le "supraconscient" (suivant des désirs d'un monde meilleur).

Pour approcher ce distinguo, comparons la pratique de l'attention et la pratique de l'intention.

Dans la pratique de l'attention, les sens de perception sont mis en éveil dans le but que la conscience soit axée sur des gestes et actes corporels. Par exemple lors de la cérémonie du thé pratiquée au Japon où les gestes spiritualisent la matière et aide à être "présent" à l'instant, au monde qui enveloppe la personne.

Dans la pratique de l'intention, il s'agirait de matérialiser une idée, une pensée, d'imaginer une réalité future, de faire qu'une intention devienne unacte. C'est l'exemple de la prière, domaine de l'influx nerveux, de la pensée positive...

La méditation est un mot, une notion qui traverse désormais notre quotidien. Elle relèverait  de la pratique de l'attention. Elle viserait une plus grande présence dans le moment présent.

Le film japonais Dans un jardin qu'on dirait éternel semble une belle illustration de ce concept.

GRIFFONNADE 364 : Stéréotype

books-3826148_1920

Dis-moi, deux mots...

Quand on demande à quelqu'un de donner rapidement le nom d'un outil, puis d'un arbre, ensuite d'une fleur et enfin de donner la couleur d'une voiture vrombrissante, la plupart du temps on reçoit comme réponses : marteau, chêne, rose et noir !

En cas l'urgence nous puisons souvent dans un lexique communément partagé.

Sans l'exigence de répondre immédiatement les termes choisis seraient moins consensuels.

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

FRAGMENT 11 : Chausson et chaussettes

" - Tu me gâtes, mon vieux, un chausson aux pommes ramolo sur une assiette en plastique accompagné d'un jus de chaussettes à peine tiède  dans une tasse ébréchée... C'est Byzance.

 - Je vis sur un grand pied, tu vois !

 - Tu as subi de durs revers ?

 - Oui, mais c'est aussi une façon de montrer les conséquences des restrictions budgétaires que subit notre troupe...

 - Là, on sort du texte initial ?

 - Nous sommes acteurs, nous sortons constamment du texte, mon p'tit vieux. "

Fulbert Gradichot. Intégrale du Théâtre de poche-revolver, Editions des Veilleurs insomniaques

120343638 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

jeudi 16 mai 2019

ATELIER D'ECRITURE 103 : La maîtrise de l'écriture

man-1454744_1920

Maîtriser l'acte d'écrire

Utilisons une analogie : comparons avec la maîtrise d'une langue étrangère

On maîtrise une langue étrangère lorsqu'on pense directement dans cette langue sans recourir à la traduction.

On maîtrise l'écriture à condition de ne pas transcrire une parole orale mais en pensant directement dans l'écrit aussitôt qu'on entre dans le geste d'écrire.

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 15 mai 2019

FRAGMENT 10 : Pluriel de verre

"Le pluriel de verre, affirma-t-il, c'est haltères car un verre désaltère. Puis il commanda un panaché-écureuil."

Fulbert Gradichot. Pépin et pépie, Editions du Paprika d'or.

beer-3609281_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 9 mai 2019

GRIFFONNADE 363 : Incompréhension

malraux

Malgré tout...

  "Le plus étonnant n'est pas l'incompréhension, mais que, compte tenu des espaces infinis qui nous séparent, nous parvenions parfois à nous comprendre."

(D'après André Malraux) 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 8 mai 2019

FRAGMENT 9 : Anges gardiens

"Je ne crois pas du tout aux anges gardiens mais je m'en méfie ! Ils sont pire que les taupes des services spéciaux... Vous voyez ce que je veux dire, n'est-ce pas ?"

Fulbert Gradichot. Une compote de complots, Editions du Grand n'importe quoi.

feather-3010848_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 2 mai 2019

GRIFFONNADE 362 : Eviter la guerre

animals-3485123_1920

   

Communication animale

Posture de menace, de soumission, de ritualisation du combat, offrandes amicales... autant de signes de communication qui contribuent à stabiliser les contacts, pacifier les relations, éviter que les conflits ne dégénèrent en une violence sans limites.

Chez l'animal, communiquer c'est souvent éviter la guerre.

(Notes de lecture, Communication, Éditions Sciences Humaines)

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 1 mai 2019

FRAGMENT 8 : Boeuf

 "- Un gîte à la noix n'est pas qu'une pièce de boeuf, dit-elle extrêmement déçue par son dernier séjour sur la côte.

 - Une pièce de boeuf nerveuse n'est pas toujours un extrait musical improvisé par de bons instrumentistes de jazz, répondit-il en repoussant son assiette."

Fulbert Gradichot. Par monts et par vaux, journal d'une touriste en solex, Editions de la Soupe à la limace.

abandon-1901087_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

dimanche 28 avril 2019

GRIFFONNADE 361 : Autonomie et indépendance

jverne2Autonomie et indépendance

La personne autonome choisit les règles auxquelles elle se soumet. La personne indépendante ne se soumet à personne d'autre. 

Jean-Paul Dekiss (biographe de Jules Verne) à propos de l'écrivain, enfant, remarque : "L'enfant balance entre le rêve d'intégration au monde adulte et l'insouciance à ce qui l'entoure, entre sa dépendance à ses parents et l'autonomie qu'il conquiert avec le sentiment de se construire sans limites.

L'indépendance renferme aussi pour Jules Verne un sens citoyen que le XXième siècle a transformé en concept général de liberté apparu plus efficace contre les dérives totalitaires. Mais l'indépendance, plus concrète, plus matérielle, plus innocente, reparaît comme valeur essentielle dès lors que le totalitarisme des idéologies est remplacé par celui de l'économie."

Posté par cistadomicit à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 26 avril 2019

FRAGMENT 7 : Bonheur du jardin

"Les jardins heureux ont tant d'histoires."

Fulbert Gradichot. Chants champêtres, Editions du Blé qui lève.

IMG_0060

Posté par cistadomicit à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 25 avril 2019

GRIFFONNADE 360 : Une espèce parmi les autres

665x500_conferences_conf20084etri_belmonod1

Théodore Monot, un homme dont se souviennent les dunes

Son humanisme se portait au-delà de la communauté des seuls êtres humains 

"Il nous faut prendre conscience que nous sommes solidaires des autres êtres vivants. Le fait de l'évolution n'est pas niable. Son acceptation doit renforcer en nous le sentiment d'appartenance à un ensemble commun, à une entreprise commune. D'où la nécessité de respecter les autres partenaires de cette aventure."

Terre et Ciel, Editions Actes Sud.

Posté par cistadomicit à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

ATELIER D'ECRITURE 102 : Médiathèque de Saint-Symphorien-sur-Coise

61KYs05Wq3L

Atelier d'écriture  
11ème année
Médiathèque, 
Saint-Symphorien/Coise 
(Rhône)

Séance 8/9

Mardi 07/05/19

De 19h30 à 21h30

Thème : La narration selon Vladimir Propp

Sans établir un corset narratif théorique, le folkloriste Vladimir Propp propose un constat simple et une conclusion audacieuse : malgré leur diversité, tous les contes seraient construits selon un même schéma.

Il devient surprenant de   dégager l'organisation interne des histoires, la structure même des récits humains.

Il sera question de schéma narratif et de schéma actantiel.

vendredi 19 avril 2019

FRAGMENT 6 : Kangourou

"Chateaubriand devant le kangourou crée le mot composé "quadrupède-sauterelle". Devant le Kangoo roux de son père qui l'agace et le contrarie sur tout pour un rien, un ado marmonne "caisse à tapin et tire à pecno". Qui a le plus d'imagination ?

Fulbert Gradichot. Causerie sur un quai embrumé, Editions de l'horloge intime.

australia-3553772_1920

 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 12 avril 2019

FRAGMENT 5 : Chien ou chat ?

"Il adorait les chiens, elle préférait les chats. Ils vécurent longtemps heureux et sans enfant."

Fulbert Gradichot. Nativité et natalité, Editions Une place au soleil.

dog-3438453_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

FRAGMENT 4 : Intermède

"Un intermède se place entre deux actes d'une pièce de théâtre afin de divertir le public. Si l'oeuvre ne vaut pas un clou ni un sou, on parle volontiers d'intermerde."

Fulbert Gradichot. Un monde sans envers, Editions Le Modeste Croquignol.

IMG_1501

 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 5 avril 2019

FRAGMENT 3 : Couché ou debout ?

"Les arbres paraissent plus grands couchés que debout. Les idoles, c'est l'inverse."

Fulbert Gradichot. Des arbres et des statuesEditions Dubois.

usa-1669704_1920

 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 1 avril 2019

ATELIER D'ECRITURE 101 : Bibliothèque de Saint-Galmier

IMG_1487

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier d'écriture 

Bibliothèque de Saint-Galmier (Loire)

Séance 7/9, Mercredi 17/04/2019 de 18h30 à 20h30

Thème : Un jardin d'exploration et d'extimité

L'exploration d'un jardin conjugue le déplacement, l'observation et quelquefois la recherche. Elle s'appuie avant tout sur une curiosité issue de l'enfance.

L'extimité - terme créé par Michel Tournier - s'oppose à l'intimité. Parcourir un jardin et  s'arrêter face à ce qui s'expose et s'offre aux yeux de tous nous éloigne du superficiel et du superflu ; au contraire cela nous éveille à l'apparence, à la présence, à l'existence de ce qu'on perçoit un court instant peut-être, une odeur, un mouvement ou une rugosité qui ranime un souvenir, qui crée un plaisir neuf. Tant mieux si, en prime, cela nous donne à penser. 

Renseignements pratiques : 04 77 52 59 37

vendredi 29 mars 2019

GRIFFONNADE 359 : Aimez-vous Giono ?

Giono-1024x695

Depuis Giono... 

Jean Giono, 1895-1970. Cinquante ans après sa disparition, le Mucem offrira à l'automne prochain la plus grande exposition  jamais consacrée à l'écrivain. 

Et, à trois jets de pierre, le musée Regards de Provence honorera le travail de Lucien Jacques, celui dont l'amitié accompagna longtemps Giono et les siens.

Les deux associations des amis des... deux amis (amis de Giono, amis de Jacques) tiennent à ce que les deux expositions soient jumelées. On fête Jean Giono, on fête Lucien Jacques, on fête ainsi leur histoire. Si l'écriture ou la peinture est un travail de solitaire, lire ou contempler est un moment de connivence.

Agnès Castiglione, experte de l'oeuvre de Pierre Michon, prépare un Cahier de l'Herne dédié à Jean Giono. Il est grand temps !

Sylvie Giono, cadette de l'écrivain, affirme relire les ouvrages de son père en fonction de ses états d''âme. Elle choisit de prendre tel ou tel livre comme elle choisirait tel ou tel médicament. Saviez-vous qu'en possédant des Giono sur un rayonnage, vous disposiez  d'une pharmacopée pour apaiser les maux de votre âme ?

D'où l'invitation suivante... Voici un petit questionnaire. Formulez vos réponses, seul, seule, à plusieurs, oralement ou sur le papier, qu'importe. Si le coeur vous en dit, déposez-les ci-dessous comme des messages jetés au large (clic sur "commentaires" ci-dessous).

Puis relisez quelques pages ou toutes les pages gioniennes.

1. Quel livre de Jean Giono avez-vous lu en premier ? A quel âge ?

2. Quel livre de Jean Giono vous touche le plus, vous bouleverse le plus ?

3. Quel autre auteur la lecture de Giono vous a-t-elle fait découvrir ?

4. Si Giono vivait encore, que lui diriez-vous en tête à tête ?

5. Quel livre de Giono conseilleriez-vous de lire pour apaiser quel mal de l'âme ?

jeudi 28 mars 2019

FRAGMENT 2 : Cheval et Dada

"N'oublions pas que le facteur Cheval n'a rien à voir avec Dada."

Fulbert Gradichot. De l'art dans l'écurie, Editions du Hennissement sociétal.

eye-3048526_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 25 mars 2019

ATELIER D'ECRITURE 100 : Médiahèque de Saint-Symphorien-sur-Coise

man-4008575_1920

Atelier d'écriture  11ème année
Médiathèque, Saint-Symphorien/Coise (Rhône)

Séance 7/9, mardi 02/04/19 de 19h30 à 21h30

Thème : L'intrigue dramatique

"La dramaturgie est une science exacte dont personne ne connaît les lois." (Tristan Bernard)

L'ensemble des cas dramatiques inventorient les diverses caractéristiques humaines. On peut les réduire à environ une douzaine ; leur liste permet de faire rebondir une intrigue dans une direction, une piste, un champ de possibilités nouvelles.

jeudi 21 mars 2019

FRAGMENT 1 : Débattre et convaincre

"Il est bon de convaincre sans vaincre et de débattre sans battre. Cela dit, il est nécessaire et rassurant d'avoir cons battus et cons vaincus."

Fulbert Gradichot. L'âge d'or de la logorrhée et de l'aphasie, Editions Les perroquets associés.

123355526

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 14 mars 2019

GRIFFONNADE 358 : Michel Greg, Achille Talon et Tintin

Talon, Tintin et Greg

Clin d'oeil, hommage et autoportrait

37638164_442811832885827_7281694940982149120_n

1983. Michel Greg signe un nouvel album (le énième) de son gros héros bourgeois préféré : Achille Talon et la vie secrète du journal Polite". La première image de la page dix nous entraîne à la Superfoire de la BD de Chamboulême. Greg ironise, écratigne, regrette une époque qui le quitte. A gauche de l'image, Papa Talon évidemment profite de la buvette. Le moustachu brun contre la toile de tente, serait-ce Fred ? Près de l'entrée de la tente, sous le haut-parleur... tiens, tiens, Tintin. Milou bien sûr l'accompagne (y a pas plus fidèle que lui, à la ville, à la campagne, l'admirable Milou suit... chantait-on jadis). 

Hommage à Hergé qui lui commanda deux scénarios (payés recta) restés en suspens. Michel Greg, toujours très actif, dirigea de 1965 à 1974 la rédaction de l'hebdo que créa Hergé. Au bout d'un an aux manettes, il confie "j'ai élagué un peu et j'ai introduit mes bonhommes..." C'est à dire Dany (Olivier Rameau), Dupa (Cubitus), Hermann (Bernard Prince), Turk (Léonard) , De Groot (Robin Dubois), Vance (XIII), Paape (Luc Orient)... Une main en or, dirait-on à une table de jeu.


En 1972 au festival de Lucca le journal est reconnu "meilleure revue européenne de BD". Hergé estime le talent de Greg mais sans approuver franchement sa ligne éditoriale. Hergé s'éloigne de l'entreprise bédesthique, l'époque le respecte mais exige davantage de production. Les albums se consomment, les éditeurs grossissent leurs catalogues.

122076431

1977. Dernière page du Roi des Zôtres, Achille Talon, trente secondes auparavant, vient de rapeller à Hilarion Lefuneste que ce sont ses "tribulations" qui viennent d'être racontées et non celles de son comparse. Les lunettes noires qu'il porte l'empêche-t-il de reconnaître son créateur ? Car, tiens, tiens, coucou, qui voit-on ? Greg. Un auteur  à peine grisonnant, l'air ailleurs, cigarette au bec. François Corteggiani se souvient : "Il fumait des mentholées, il appelait ça des dentifrices..." Greg croise son personnage sans s'arrêter, sans le dévisager, sans  attacher plus d'importance que cela à cet événement qu'il crée en se plaçant au premier plan. Hop et bof. Tout est fumée.