La griffe des mots

samedi 17 août 2019

FRAGMENT 22 : L'envers du décor

"Là où tombe la lumière, là où jaillit l'arc-en-ciel, là où vole la dernière feuille d'automne, là où s'arrête le vent de l'orage, là, c'est là où se tient l'envers du décor. Une fois qu'on y est, on fait quoi ?"

Fulbert Gradichot, Seul compte le dernier pas, Editions La lune en rut.

lake-scenery-1365288__340

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


samedi 10 août 2019

FRAGMENT 21 : Paresse

"  - Au lieu de dire tintinabuler, dites que le maître de Milou est une grosse feignasse !

- Ce qui reste à démontrer..."

Fulbert Gradichot, Ce que révèlent nos lapsus, Editions La langue est une arme fourchue.

hammocks-413714__340

 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 1 août 2019

GRIFFONNADE 370 : Alors, que dire ?

images-1

" Parler toujours sérieusement cause de l'ennui. Plaisanter toujours, du mépris. Philosopher toujours, de la tristesse. Railler toujours, du malaise. "

Umberto Eco, L'Île du jour d'avant.

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

samedi 27 juillet 2019

GRIFFONNADE 369 : Attendre un sauveur !

Unknown-1

Héros, sauveurs et hommes providentiels

Conférence de Patrice Guéniffey

"Rendez-vous culture", Département de la Loire

(d'après les notes prises sur l'instant)

"Une singularité française : attendre un sauveur !

Si les mêmes causes produisent les mêmes effets, connaître l'histoire donne un enseignement sur les événements présents. Aujourd'hui le savoir historique se perd, nous vivons dans l'illusion du changement, dans le rêve de l'innovation. Le fond est stable, seule, la forme change. Le poids de l'Histoire et la mentalité des peuples créent des invariants. Ce qui se passe de nos jours s'est déjà passé.

napoleon-bonaparte-67784__340

Distinguo : grand homme et héros

Parmentier est un grand homme. Staline et Hitler sont des héros. De Gaulle incarne les deux à la fois. Napoléon, le consul est un grand homme tandis que Bonaparte, le général des guerres d'Italie est un héros. L'empereur finit sans être ni l'un ni l'autre.

Le grand homme laisse un bilan et le héros sait le mieux

C'est le bilan qui définit le grand homme. Que laisse-t-il de son action ? Transgressif, le héros fait ce que les autres ne font pas, il devient héroïque dans l'instant. Il veut le mieux, il peut le mieux, il sait le mieux (à tort ou à raison). Il allie trois atouts : volonté, capacité et savoir.Ce savoir se tient dans la mesure de ce qui est nécessaire et dans sa limite.

Unknown-2

L'homme providentiel en France

En France il est une norme politique : l'illusion de l'homme providentiel. Les candidats aux élections qui ne jouent pas ce thème n'ont pas d'avenir !

Le premier "homme" providentiel : Jeanne d'Arc. Elle n'obéit qu'à elle-même, elle dénoue une situation sans issue avec la seule force de sa volonté.

A chaque crise, un sauveur apparaît.

Robespierre ?

A la Révolution Française, pas de sauveur, place au peuple. Dans la tradition républicaine, aucune figure dominante, rien que de grands hommes. Dès que Robespierre apparaît comme un sauveur, il est perdu.

Unknown-3

Churchill et De Gaulle  

En Grande-Bretagne, Churchill est un grand homme. Il exprime la voix du peuple anglais, il incarne son désir de résistance. De Gaulle se met en place de lui-même, il se substitue, il ne représente rien d'officiel.

L'unité française : son Etat

La société en France tient son unité par le haut, l'Etat. La France est une création politique. L'Allemagne est une nation unie par sa langue. L'Espagne est un Etat comme la France. L'Italie n'est ni nation, ni Etat...  L'homme providentiel donne un visage à l'Etat lorsque la nation risque de se désagréger.

Unknown-4

Les trois chefs préférés des Français

De Gaulle, Napoléon et Louis XIV. Dans des situations d'impasse, ils ont su réunifier le pays au bon moment. La politique, en France, consiste à passionner les Français. De Gaulle et Napoléon Ier ont su dépasser le clivage gauche-droite. L'affrontement hue-dia est stérile mais ce jeu d'opposition systématique plaît beaucoup. Tout ou rien. L'époque entre 1880 et 1910 fut brillante et pourtant domine une idée de décadence. Les périodes gaullistes et napoléonniennes sont connues mondialement, les Français en tirent un profond orgueil et une prétention à vouloir éclairer le monde. De Gaulle entre dans l'Histoire à l'âge de 50 ans, Napoléon meurt à 51 ans !

"On peut tout faire"

Napoléon est fils du siècle des Lumières, il démontre par son action que tout est possible. La Révolution Française change le calendrier qui rythme le quotidien de chaque personne, les temps changent, le Temps change ! Napoléon tente de conquérir l'Orient et ensuite de le réinventer. Si on veut, on peut.

Unknown-5

De Gaulle en 14-18 a connu une guerre sans héroïsme. La France en sort saignée à blanc. Il est persuadé que les blindés seraient une manière de faire revivre la cavalerie . Napoléon connaît la guerre à l'arme blanche où l'on croise le regard de celui qu'on va tuer. Ces deux militaires savent qu'à la guerre aucun détail n'est laissé au hasard, ils prennent leur art de gouverner dans leur expérience militaire. Ils contrôlent tout par habitude. Rien ne leur échappe. ils tiennent en main décision et exécution.

220px-Constitution_sceau

Deux époques de réformes rapides et durables

1800-1804 : le Consulat ; 1958-1962 : naissance de la Vème République. Deux époques de réformes rapides et durables, menées par des généraux en pleine action et plein accomplissement de leurs plans. Les deux bilans respectifs de ces années leur assurent une semblable stature de grands hommes. Tous deux renversent le pouvoir avec le soutien des cadres politiques. En prenant le pouvoir ils savent ce qu'ils vont faire. ils savent choisir leurs collaborateurs, ils le peuvent car leur légitimité est forte. Bonaparte sort avec succès de la campagne d'Italie ; De Gaulle est l'homme de l'appel du 18 juin. Leurs collaborateurs bénéficient de leur puissance. Ils prennent de l'envergure dans leurs ombres. 

decretmoscou

Aller vite

Tous les deux ont conscience de la nécessité d'aller vite avant que le clivage gauche-droite se reconstitue. Tous les deux ont un parlement qui ne les entrave pas. Napoléon gouvernera par décrets. De Gaulle gouvernera par ordonnances. Dans la mémoire collective les choses sont accomplies vite et bien.

En 1803, Napoléon guerroie avec l'Angleterre. En 1805, annexion de Gênes qui devient département français. Ce sont des actes de provocation jetés à la face de l'Europe. Il se croit invincible au point de se mettre deux conflits militaires simultanés sur les bras. Il perd le sens de la mesure. Il perd le "savoir" indispensable : mesurer où se tient la limite de l'action politique.

Unknown-1

En 1965, De Gaulle est réélu au second tour des élections présidentielles. Il méprise Mitterrand son adversaire. Il perçoit le ballotage comme une humiliation personnelle. Il accepte de paraître à la TV face au journaliste Michel Droit, il descend de son piédestal. On comprend dans cet entretien qu'il peut partir, que le régime peut exister sans lui. C'est là que se fonde réellement la Cinquième République.

Napoléon n'a pas de racines ("Je suis le fils de mes oeuvres"). De Gaulle, aristocrate, militaire, catholique, est français jusqu'au bout des ongles. Son surmoi lui donne des interdits, des limites. Napoléon se sert de la France pour assouvir ses rêves. Il aurait pu bâtir un empire n'importe où.

chess-1850918__340

Un besoin d'ombre

Le monde a changé. Ces personnages appartiennent à un monde révolu. La société n'est plus verticale mais horizontale, la transparence s'impose. Or le grand homme a besoin d'ombre. De Gaulle et Napoléon possédaient les moyens de leurs politiques. Entre la décentralisation, l'Europe et la mondialisation économique, les dirgeants politiques actuels perdent la main.

Les Français auparavant avaient l'idée de partager quelque chose en commun. Désormais nous sommes concitoyens par la loi sans partager de biens communs. L'homme providentiel ne fait plus synthèse.

Nous sommes en paix. Les enjeux ne suscitent plus la nécessité d'une providence. Le tragique n'est plus là. Notre existence est anti-historique."

vendredi 26 juillet 2019

GRIFFONNADE 368 : Animal et enfant

rabbit-3660673__340

"Un chien vieillit vite, très vite.

Il faut donner un animal à un enfant pour apprendre la vie et la mort."

Michel Tournier

Posté par cistadomicit à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


mercredi 24 juillet 2019

FRAGMENT 20 : De marbre

"Des mots dans le marbre et les morts dessous !"

Fulbert Gradichot, De l'ordre dans les méthodes, Editions de L'angle droit.

marble-1009031__340

 

 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 17 juillet 2019

FRAGMENT 19 : Tâche d'effacer ta tache

"Autrefois on décapait les taches d'encre aux doigts des écoliers en les frottant à la pierre ponce. Etait-ce un hommage à Pilate, le célèbre promoteur romain des mains propres ?"

Fulbert Gradichot, Petit précis d'hygiène à l'usage des usagers du métro, Editions Les bulles de savant.

hands-2238235_960_720

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 10 juillet 2019

FRAGMENT 18 : A votre image

"Lui, il était si moche que toutes les photos de lui étaient des épreuves. Elle, elle était si moche que la moindre photo d'elle s'en trouvait voilée. Comment ont-ils engendré de si bels enfants ?"

Fulbert Gradichot, Défense de l'image floue, Editions Le tiroir aux miroirs.

camera-188083_960_720

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 3 juillet 2019

FRAGMENT 17 : Privé de dessert

" - Tu connais la tarte tatin ?

- Oui.

- Et la tarte tintin ?

- Euh, non.

- C'est exactement la même, sauf que t'en auras pas."

Fulbert Gradichot, Dialogues sur une plage de galets, Editions Papillons et libellules.

259-0

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 26 juin 2019

FRAGMENT 16 : Secrétaire

"Dans le mot secrétaire on entend secret et taire. Tout le monde saisit. Dans le mot assistante on entend assiste et hante, mais là, qui faut-il  comprendre ?"

Fulbert Gradichot, La tyrannie des codes, Editions de l'Affranchi francophile.

123474287 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 20 juin 2019

GRIFFONNADE 367 : Permaculture

Unknown-1Quatre caractéristiques pour définir la permaculture  

Unknown

 

Posté par cistadomicit à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 19 juin 2019

GRIFFONNADE 366 : Portrait de Fellag

Unknown

Rencontres Jacques Copeau 2015 / Pernand-Vergelesses

Fellag raconte son parcours ; il dresse ainsi son autoportrait d'artiste dont l'humour force à l'exil

(d'après les notes saisies au cours de ses propos)

Fellag entre à l'Ecole de théâtre d'Alger, institution sous influence soviétique ; les comédiens, fonctionnaires, oeuvrent pour un théâtre de propogande. Seule l'arabe littéraire, classique est de mise.

Unknown-1

Fellag depuis toujours aime observer les gens dans les cafés, dans les files d'attente. Il s'en inspire pour parler le "créole algérien" - mélange de kabyle, d'arabe et de français - ce qui est mal vu par les islamistes. Cette langue nourrit un théâtre d'humour croquant la vie quotidienne.

Suivent quatre années qu'il nomme "brèche démocratique". Puis en 78 il séjourne au Québec et s'en revient en 85. Il est identifié comme un humoriste dangereux. Poursuivi, menacé de mort (La peur, principal moteur de ma création, dit-il), le voilà fuyant son pays en décembre 95, sans papier d'identité. Il se réfugie en France.

Son spectacle est de ceux qui évoluent sans cesse. En France, il joue pour bon nombre d'associations le même spectacle qu'en Algérie, puis il lui fait subir une francisation progressive. Il refuse de jouer dans de grandes salles, genre Zénith, il ne cherche guère les plateaux de télévision ou les studios de radio. (note marginale : Pas besoin de succès magnifié par les chiffres, lui !)

Un nouveau style s'impose à Fellag. Enjeu : jouer pour les deux publics, français et algérien, sans provocation aucune (ces trois derniers mots sont soulignés, il a dû insister). Un travail important d'écriture s'imposant à lui, une méthode s'esquisse et se confirme :

  • rédiger un texte littéraire pour cerner les propos qu'il voudrait présenter ;
  • réécrire ce texte pour le traduire en langue orale (entre 20 à 40 brouillons successifs) ;
  • une première tentative de mise en bouche ;
  • des essais publics (parfois jusqu'à 5 reprises).

Fellag insiste sur le fait que le costume de scène aide à jouer (prendre la peau de...)

Il construit tous ses spectacles désormais de la façon suivante :

  1. un prologue présentant le thème ;
  2. la petite comédie avec le personnage.

Posté par cistadomicit à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

FRAGMENT 15 : Rumeur

"Quiconque répand avec fougue et jubilation une rumeur tout en mesurant sa dose de calomnie et son effet destructeur mérite sans conteste le joli nom de serpent à sornettes."

Fulbert Gradichot, Frais ou veau ?, Editions Juste à côté.

123474158

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 18 juin 2019

GRIFFONNADE 365 : Nemo

images

Le capitaine Nemo, personnage de Jules Verne, personne sans identité ?

Nemo, en latin, personne. 

Une personne, mot sans masculin. Un personnage, mot sans féminin. Deux mots de même origine : persona, le masque porté par l'acteur.

"Ce personnage avait-il trente-cinq ou cinquante ans, je n’aurais pu le préciser. Sa taille était haute, son front large, son nez droit, sa bouche nettement dessinée, ses dents magnifiques, ses mains fines, allongées, éminemment « psychiques », pour employer un mot de chirognomonie, c’est-à-dire dignes de servir une âme haute et passionnée. Cet homme formait certainement le plus admirable type que j’eusse jamais rencontré. Détail particulier, ses yeux, un peu écartés l’un de l’autre, pouvaient embrasser simultanément près d’un quart de l’horizon. cette faculté - je l’ai vérifié plus tard - se doublait d’une puissance de vision encore supérieure à celle de nef land. Lorsque cet inconnu fixait un objet, la ligne de ses sourcils se fronçait, ses larges paupières se rapprochaient de manière à circonscrire la pupille de ses yeux et à rétrécir ainsi l’étendue du champ visuel, et il regardait ! Quel regard ! comme il grossissait les objets rapetissés par l’éloignement! comme il vous pénétrait jusqu’à l’âme ! comme il perçait ces nappes liquides, si opaques à nos yeux, et comme il lisait au plus profond des mers !... »

Un portrait dont la moitié s’attarde sur les yeux de cet homme. Un regard pénétrant, une vision hors du commun. Que voit-on d’un homme qui porte un masque ? Avant tout ses yeux. Nemo, le héros masqué par excellence, un acteur tragique jailli de l’océan, lieu de toute naissance, un voyant invisible, un solitaire dans l’immensité du grouillement naturel. 

Posté par cistadomicit à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 12 juin 2019

FRAGMENT 14 : Coeur

"Un coeur comme une aubaine en filigrane sur le raisin de la vie. J'ignore ce que signifie cette phrase, cependant, nom de Dieu, elle sonne clair et juste."

Fulbert Gradichot, Aphorisme, un art du faux et du rythme, Editions La pensée qui s'envole.

123471341

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 10 juin 2019

ATELIER D'ECRITURE 106 : Lire ses textes

Nuitdelalecture0619

 Atelier d'écriture 

Bibliothèque de Saint-Galmier (Loire)

Séance 9/9

Mercredi 12/06/2019

de 18h30 à 20h30

Thème : Mise en bouche

Dans la perspective de

LA NUIT DE LA LECTURE

 

du 29 juin prochain, choix et préparation des textes qui seront lus.

 

Renseignements pratiques :

04 77 52 59 37

GRIFFONNADE 365 : Analyse transactionnelle

swimmers-415823__340

Selon l'analyse transactionnelle, tout individu répartit sa parole selon trois axes

Dans le feu de la parole les trois axes, qui fondent radicalement la personnalité, se succèdent sans jamais se combiner.

Ils sont faciles à distinguer. Il s'agit de :

  • l'axe du "parent" : la parole est apprise, elle se réfère aux règles, aux valeurs, aux normes ;
  • l'axe de "l'adulte" : la parole est réfléchie, elle traduit la pensée, la réflexion, l'analyse, la raison ;
  • l'axe de "l'enfant" : la parole est ressentie, elle exprime l'intuition, l'émotion, l'imagination, la créativité.

Invitation à entendre et écouter, quel que soit le média, quelle que soit  la situation réelle, toutes celles et tous ceux qui prennent la parole pour témoigner, répondre, expliquer, justifier, débattre ou convaincre. S'exercer à repérer l'axe utilisé à un moment précis : cette personne énonce-t-elle une parole apprise, une parole réfléchie, une parole ressentie ?

Puis s'entendre quand on parle. Que suis-je en train de dire, qui parle à cet instant, mon côté "parent", "adulte" ou "enfant" ? Est-ce pertinent alors ?

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 5 juin 2019

FRAGMENT 13 : Foi

"Les fanatiques religieux ne souffrent-ils pas d'une overdose de foi ?"

Fulbert GradichotDieu roupille !, Editions du caramel mou.

123471243

 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 3 juin 2019

GRIFFONNADE 365 : Michel Tournier

81GzbTbq87L

Excipit du Vent Paraclet 

" Le présent s'éternise dans une imprévoyance et une amnésie divines. "

 

Excipit : dernière phrase d'un texte. Son contraire, l'incipit, première phrase d'un texte. L'une ouvre, l'autre ferme. 

Explicit serait préférable à excipit.

Explicit liber : le livre s'achève...

... par un événement qui clôt le récit : départ, révélation, disparition ;

... par une absence de conclusion : la fin n'est pas dite, l'action dramatique reste ouverte ;

... par un propos tirant une leçon d'un registre philosophique ou moral.

L'ultime phrase du Vent Paraclet - essai autobiographique  où le souvenir croise la réflexion, l'anecdote traverse la recherche esthétique - termine la partie nommée "Les malheurs de Sophie". Sophie, la sagesse, "fusion du savoir et du faire". Tournier désigne l'île, un de "ces lieux privilégiés entre tous" où l'on retrouverait l'absolu. Lui, a choisi d'être un homme-jardin. Un habitant d'ancien presbytère, à Choisel, dans la vallée de Chevreuse, il "creuse la terre et interroge le ciel". Là il comprend "que le temps se contracte". Le présent...

Posté par cistadomicit à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 1 juin 2019

ATELIER D'ECRITURE 105 : Ecrire une fin ouverte

door-2102603_1920

Atelier d'écriture  / 11ème année
Médiathèque, Saint-Symphorien/Coise (Rhône)

Séance 9/9, mardi 04/06/19 de 19h30 à 21h30

Thème : Conclure avec une petite ouverture...

Dernière séance de l'année 18/19. Dernières retouches aux textes en chantier. Derniers échanges, dernières lectures, dernières recommandations jusqu'à la prochaine fois.

Séance en plein air dans la douceur de juin. 

Il sera question de mener le récit à son terme.

 

mercredi 29 mai 2019

FRAGMENT 12 : Incontinent

" - Des géographes s'interrogent encore : l'Europe est-elle réellement un continent ?

- La question est totalement résolue en ce qui concerne Grand-père."

Fulbert Gradichot, Dialogues sous la tonnelle, Editions C'est pour dire.

123471135

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 22 mai 2019

ATELIER D'ECRITURE 104 : Ecrire à haute voix

vignette_judith

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier d'écriture 

Bibliothèque de Saint-Galmier (Loire)

Séance 8/9, Mercredi 29/05/2019 de 18h30 à 20h30

Thème : Ecrire à haute voix

Comment réécrire un texte en chantier grâce à sa mise en bouche : lire ses phrases pour en trouver la cadence et les modifier pour les rendre audibles.

Renseignements pratiques : 04 77 52 59 37

GRIFFONNADE 366 : PRESENCE

85de7a81037115e0492ffa0a732cdd11_L

 Alexandro Jodorowsky distingue l'être culturel, personne formée par les membres de la famille (par injonctions d'imitation) de l'être essentiel, personne programmé par le "supraconscient" (suivant des désirs d'un monde meilleur).

Pour approcher ce distinguo, comparons la pratique de l'attention et la pratique de l'intention.

Dans la pratique de l'attention, les sens de perception sont mis en éveil dans le but que la conscience soit axée sur des gestes et actes corporels. Par exemple lors de la cérémonie du thé pratiquée au Japon où les gestes spiritualisent la matière et aide à être "présent" à l'instant, au monde qui enveloppe la personne.

Dans la pratique de l'intention, il s'agirait de matérialiser une idée, une pensée, d'imaginer une réalité future, de faire qu'une intention devienne unacte. C'est l'exemple de la prière, domaine de l'influx nerveux, de la pensée positive...

La méditation est un mot, une notion qui traverse désormais notre quotidien. Elle relèverait  de la pratique de l'attention. Elle viserait une plus grande présence dans le moment présent.

Le film japonais Dans un jardin qu'on dirait éternel semble une belle illustration de ce concept.

GRIFFONNADE 364 : Stéréotype

books-3826148_1920

Dis-moi, deux mots...

Quand on demande à quelqu'un de donner rapidement le nom d'un outil, puis d'un arbre, ensuite d'une fleur et enfin de donner la couleur d'une voiture vrombrissante, la plupart du temps on reçoit comme réponses : marteau, chêne, rose et noir !

En cas l'urgence nous puisons souvent dans un lexique communément partagé.

Sans l'exigence de répondre immédiatement les termes choisis seraient moins consensuels.

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

FRAGMENT 11 : Chausson et chaussettes

" - Tu me gâtes, mon vieux, un chausson aux pommes ramolo sur une assiette en plastique accompagné d'un jus de chaussettes à peine tiède  dans une tasse ébréchée... C'est Byzance.

 - Je vis sur un grand pied, tu vois !

 - Tu as subi de durs revers ?

 - Oui, mais c'est aussi une façon de montrer les conséquences des restrictions budgétaires que subit notre troupe...

 - Là, on sort du texte initial ?

 - Nous sommes acteurs, nous sortons constamment du texte, mon p'tit vieux. "

Fulbert Gradichot. Intégrale du Théâtre de poche-revolver, Editions des Veilleurs insomniaques

120343638 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

jeudi 16 mai 2019

ATELIER D'ECRITURE 103 : La maîtrise de l'écriture

man-1454744_1920

Maîtriser l'acte d'écrire

Utilisons une analogie : comparons avec la maîtrise d'une langue étrangère

On maîtrise une langue étrangère lorsqu'on pense directement dans cette langue sans recourir à la traduction.

On maîtrise l'écriture à condition de ne pas transcrire une parole orale mais en pensant directement dans l'écrit aussitôt qu'on entre dans le geste d'écrire.

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 15 mai 2019

FRAGMENT 10 : Pluriel de verre

"Le pluriel de verre, affirma-t-il, c'est haltères car un verre désaltère. Puis il commanda un panaché-écureuil."

Fulbert Gradichot. Pépin et pépie, Editions du Paprika d'or.

beer-3609281_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 9 mai 2019

GRIFFONNADE 363 : Incompréhension

malraux

Malgré tout...

  "Le plus étonnant n'est pas l'incompréhension, mais que, compte tenu des espaces infinis qui nous séparent, nous parvenions parfois à nous comprendre."

(D'après André Malraux) 

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 8 mai 2019

FRAGMENT 9 : Anges gardiens

"Je ne crois pas du tout aux anges gardiens mais je m'en méfie ! Ils sont pire que les taupes des services spéciaux... Vous voyez ce que je veux dire, n'est-ce pas ?"

Fulbert Gradichot. Une compote de complots, Editions du Grand n'importe quoi.

feather-3010848_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 2 mai 2019

GRIFFONNADE 362 : Eviter la guerre

animals-3485123_1920

   

Communication animale

Posture de menace, de soumission, de ritualisation du combat, offrandes amicales... autant de signes de communication qui contribuent à stabiliser les contacts, pacifier les relations, éviter que les conflits ne dégénèrent en une violence sans limites.

Chez l'animal, communiquer c'est souvent éviter la guerre.

(Notes de lecture, Communication, Éditions Sciences Humaines)

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 1 mai 2019

FRAGMENT 8 : Boeuf

 "- Un gîte à la noix n'est pas qu'une pièce de boeuf, dit-elle extrêmement déçue par son dernier séjour sur la côte.

 - Une pièce de boeuf nerveuse n'est pas toujours un extrait musical improvisé par de bons instrumentistes de jazz, répondit-il en repoussant son assiette."

Fulbert Gradichot. Par monts et par vaux, journal d'une touriste en solex, Editions de la Soupe à la limace.

abandon-1901087_1920

Posté par cistadomicit à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

dimanche 28 avril 2019

GRIFFONNADE 361 : Autonomie et indépendance

jverne2Autonomie et indépendance

La personne autonome choisit les règles auxquelles elle se soumet. La personne indépendante ne se soumet à personne d'autre. 

Jean-Paul Dekiss (biographe de Jules Verne) à propos de l'écrivain, enfant, remarque : "L'enfant balance entre le rêve d'intégration au monde adulte et l'insouciance à ce qui l'entoure, entre sa dépendance à ses parents et l'autonomie qu'il conquiert avec le sentiment de se construire sans limites.

L'indépendance renferme aussi pour Jules Verne un sens citoyen que le XXième siècle a transformé en concept général de liberté apparu plus efficace contre les dérives totalitaires. Mais l'indépendance, plus concrète, plus matérielle, plus innocente, reparaît comme valeur essentielle dès lors que le totalitarisme des idéologies est remplacé par celui de l'économie."

Posté par cistadomicit à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,