37601760_441697862997224_6023880581136252928_n

Modeste et Pompon, avant Achille Talon et Gaston Lagaffe... 

1955. André Franquin, auteur le plus fameux du journal Spirou passe au journal Tintin !

Il explique : "J'ai décidé de quitter Spirou parce que j'y étais victime d'une injustice criante. Le directeur financier de Dupuis a en effet tenté de m'imposer un contrat qui me lésait gravement. Du coup, j'ai envoyé une lettre de démission en bonne et due forme ! Mon intention était d'abord de m'associer au jeune Michel Greg qui, au mois d juillet a entrepris de lancer "Le journal de Paddy". J'ai finalement choisi la sécurité en m'adressant aux Editions du Lombard." (Sources: Le Lombard, Un demi-siècle d'aventures).

Il crayonne deux personnages. Un couple de jeunes gens dont on ignore la nature de leur lien. Lui, sera prénommé Modeste, par hasard, un calendrier traînera pas loin. Il sera sympa et fanfaron, avec des airs et des traits de Fantasio, par exemple même  malchance, même inventivité, même tendance colérique et même veine d'humour. Elle, à cause de sa coiffure un peu fleur bleue, sera Pompon, aussi gentille que naïve, filiforme, jupe courte et socquettes, raisonnable et faire-valoir, une femme-enfant conforme aux canons de la censure en vigueur dans les années 50 pour ce qui est de la presse destinée à la jeunesse. La folie, la démesure, l'éxubérance seront dans les situations et leurs chutes. Chaque semaine le gag est roi. Le rire est dans le récit, dans les bulles et dans le dessin. A chaque coin de case, à chaque coin de rue, peuvent surgir Achille Talon ou Gaston Lagaffe. Modeste les annonce, Modeste leur prépare le terrain.

En 1956, l'éditeur Charles Dupuis tente de récupérer Franquin, il parle de malentendu. Son insistance fait que Franquin travaillera pour les deux journaux. D'où la nécessité de trouver de l'aide pour créer les facéties et mésaventures de Modeste et Pompon. "Je lui ai montré les personnages et je lui ai défini nleurs comportements." Michel Greg anime donc Modeste qui, comme plus tard Achille Talon, habite un pavillon et subit le voisinage de Ducrin (fonctionnaire des impôts). Lorsqu'apparaît un autre voisin, le père de famille Dubruit, le scénariste sera René Goscinny.

Hilarion Lefuneste sera de la même veine, le voisin détestable mais indispensable, un Ducrin-Dubruit à la puissance cent. Cette histoire de voisinage est aussi un ressort important dans les planches de Jean Roba (Boule et Bill).