skin-3358873_1920

VIEILLIR, LA BELLE AFFAIRE... 

Contrairement au grand Belge Jacques, ne pourrait-on pas affirmer que vieillir n'est rien, mais que mourir... Histoire de point de vue ?

Au coin d'une rue...

Voilà une décennie et demi que lui et moi ne nous sommes rencontrés. Oh, mais tu n'as pas changé, insiste-t-il. Vieil hypocrite, dis-je illico, ou tu dois jeter ta paire de lunettes ou tu  tentes de t'inviter à ma table, n'est-ce pas ? Nous nous séparons ni bons amis - que nous n'avons jamais été - ni ennemis, ce serait s'accorder trop d'importance.

Je retrouve dans mes notes... 

Anecdote banale si ce n'est qu'elle me pousse à chercher et à retrouver des notes prises à la lecture d'un article lu je ne sais où et quand (ce qui m'épargne de citer mes sources). Je déchiffre une première affirmation : Le vieillissement est le résultat d'une oxydation (que provoque l'excès d'alimentation) et d'une inflammation (causée par le stress). Oui, nous le savons bien désormais : attention à ce que l'on mange et à la manière de digérer les événements.

Sagesse d'un certain Onfray...

Cela me rappelle la page lue hier ou avant-hier, dans le pavé SAGESSE de Michel Onfray. Page 107 : Vieux ? Si je veux, quand je veux, comme je veux... Plus basIl est trop tard pour apprendre à bien vieillir quand on est devenu vieux. A retenir pour la placer à bon escient. Ou encore mieux, celle-ci :Pas question, donc, d'être vieux avant l'heure ; mais pour être vieux à la bonne heure, il faut s'y préparer pendant toute sa vie. Bien, mais ce n'est pas ce que je cherchais... et que je traque à la page 109 : ... la vieillesse nous rapproche de la mort. Oui, et alors ? Car dès que l'on naît, et pas même encore, dès la conception bien plutôt, on est déjà assez vieux pour mourir. On ignore la date de notre fin, mais en quoi une vie longue serait supérieure à une vie courte ? Et qu'est-ce qu'une vie plus longue ? Plus longue que quoi ? 

Expérience n'est pas longévité

J'ai connu des personnes (dont le type de tout à l'heure, l'hypocrite qui aurait tant aimé que je lui dise que lui non plus n'avait pas changé) qui confondait longévité et expérience. En vingt ou trente ans d'activité professionnelle il possédait moins d'expérience, d'efficience qu'un collègue dans le métier depuis cinq ans ! Paradoxe ? Non, confusion de la valeur quantitative et de la valeur qualitative. N'allons pas prendre pour autant les lanternes âgées pour des vessies obsolètes. L'art contemporain n'effacera pas l'art antique. Il s'ajoute aux périodes précédentes (sans être dépassées) et toutes se complètent pour affiner mon regard sur ce monde.

Vieillir moins vite... mettre des freins !

nordic-walking-296270_1920

Retour à mes notes. Deuxième affirmation, une liste de six  facteurs pour ralentir le vieillissement : garder une bonne humeur; avoir un réseau d'amis; conserver une activité; s'autoriser une petite manie, un petit plaisir; sortir de table en ayant satisfait 80% de sa faim; s'alimenter en réduisant sucre, sel et graisse, en mangeant "coloré et varié", en s'autorisant un verre de vin quotidien... Je repère le facteur qui pour ma part sonnerait l'alarme d'un risque de vitesse. 

Vieux ! Être ou paraître vieux, ne pas être ou ne pas paraître vieux ! Effacer les rides et les taches ou les accepter ?  Loin de toute selfite chronique, refuser de figurer sur les photos ou alors de dos...  Valoriser ses souvenirs, chercher un auditoire, les raconter à tout prix comme des légendes édifiantes. Pire, pire peste : rédiger ses mémoires faute d'avoir vécu sa vie puis les autoéditer afin de les offrir à ses proches ! 

Comment veux-tu que tes petits-enfants t'appellent ?

Vieux ! Qui l'est, qui ne le sera jamais ? Tu seras vieux quand on t'appellera papy ! Mais quel bonheur, tu verras ! m'a lancé avec condescendance un expert, retraité le jour de ses cinquante-cinq ans. Papy, papi, papet, papou, bon-papa, grand-père, vieux-papa, pépé ? Qu'importe l'usage ou le refus de l'usage. Qui choisit son prénom, son patronyme ? Aurais-je préféré l'un ou l'autre des noms portés par mes aïeux et dont je suis génétiquement plus semblable ? S'affubler d'un nom d'ancêtre que balbutieront nos descendants ? Nom d'un chien, le casse-tête à entendre les commentaires de nos contemporains. C'est désormais un sujet d'enquête ; ce sera demain une problématique anthropologique.

A ce jour, j'ai dix ans de plus que mon père. Je veux dire que j'ai vécu dix années de plus que lui. Et alors ? Suis-je plus vieux que lui ? Je le trouvais vieux quand il fêta ses cinquante ans. Et alors ? Ceci dit, sincèrement, comme le chante Marc Ogeret, "maintenant il fait beau comme jamais."