Talon, Tintin et Greg

Clin d'oeil, hommage et autoportrait

37638164_442811832885827_7281694940982149120_n

1983. Michel Greg signe un nouvel album (le énième) de son gros héros bourgeois préféré : Achille Talon et la vie secrète du journal Polite". La première image de la page dix nous entraîne à la Superfoire de la BD de Chamboulême. Greg ironise, écratigne, regrette une époque qui le quitte. A gauche de l'image, Papa Talon évidemment profite de la buvette. Le moustachu brun contre la toile de tente, serait-ce Fred ? Près de l'entrée de la tente, sous le haut-parleur... tiens, tiens, Tintin. Milou bien sûr l'accompagne (y a pas plus fidèle que lui, à la ville, à la campagne, l'admirable Milou suit... chantait-on jadis). 

Hommage à Hergé qui lui commanda deux scénarios (payés recta) restés en suspens. Michel Greg, toujours très actif, dirigea de 1965 à 1974 la rédaction de l'hebdo que créa Hergé. Au bout d'un an aux manettes, il confie "j'ai élagué un peu et j'ai introduit mes bonhommes..." C'est à dire Dany (Olivier Rameau), Dupa (Cubitus), Hermann (Bernard Prince), Turk (Léonard) , De Groot (Robin Dubois), Vance (XIII), Paape (Luc Orient)... Une main en or, dirait-on à une table de jeu.


En 1972 au festival de Lucca le journal est reconnu "meilleure revue européenne de BD". Hergé estime le talent de Greg mais sans approuver franchement sa ligne éditoriale. Hergé s'éloigne de l'entreprise bédesthique, l'époque le respecte mais exige davantage de production. Les albums se consomment, les éditeurs grossissent leurs catalogues.

122076431

1977. Dernière page du Roi des Zôtres, Achille Talon, trente secondes auparavant, vient de rapeller à Hilarion Lefuneste que ce sont ses "tribulations" qui viennent d'être racontées et non celles de son comparse. Les lunettes noires qu'il porte l'empêche-t-il de reconnaître son créateur ? Car, tiens, tiens, coucou, qui voit-on ? Greg. Un auteur  à peine grisonnant, l'air ailleurs, cigarette au bec. François Corteggiani se souvient : "Il fumait des mentholées, il appelait ça des dentifrices..." Greg croise son personnage sans s'arrêter, sans le dévisager, sans  attacher plus d'importance que cela à cet événement qu'il crée en se plaçant au premier plan. Hop et bof. Tout est fumée.