lundi 1 avril 2019

ATELIER D'ECRITURE 101 : Bibliothèque de Saint-Galmier

                                    Atelier d'écriture  Bibliothèque de Saint-Galmier (Loire) Séance 7/9, Mercredi 17/04/2019 de 18h30 à 20h30 Thème : Un jardin d'exploration et d'extimité L'exploration d'un jardin conjugue le déplacement, l'observation et quelquefois la recherche. Elle s'appuie avant tout sur une curiosité issue de l'enfance. L'extimité - terme créé par Michel Tournier - s'oppose à... [Lire la suite]

mercredi 20 janvier 2016

GRIFFONNADE 253 : Michel Tournier, intimité & extimité

Intimité & extimité S'il parle volontiers de son travail d'écrivain, Michel Tournier reste peu bavard en ce qui concerne son for intérieur. Aurait-il trouvé dans Spinoza l'écho de sa pensée ou Spinoza lui aurait-il livré la pensée qu'il ne sert à rien de se laisser affecter par les événements, puisqu'il ne peut en être autrement (Atlas de la philosophie, Pochothèque) ? Même quand il évoque son enfance et son cheminement, il reste ferme : sa vie personnelle lui appartient. Qu'on lise ses oeuvres, qu'on parle de ses livres, mais... [Lire la suite]
Posté par cistadomicit à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 19 janvier 2016

GRIFFONNADE 252 : Michel Tournier et Spinoza

L'Ethique de Spinoza. "Quels sont les trois livres que vous emporteriez sur une île déserte ?" François Armanet rassemble dans "Bibliothèque idéale du naufragé (Flammarion, 2015) les réponses de deux cents écrivains du monde entier. La réponse de Michel Tournier (remise en décembre 2007) : "J'emporterais l'Ethique de Spinoza, Robinson Crusoé de Daniel Defoe. Puis j'essaierais de trouver un livre que je n'ai jamais ouvert, quitte à être amèrement déçu ; par exemple un Tolstoï, Guerre et Paix, je ne l'ai jamais lu. Je m'efforcerais... [Lire la suite]
lundi 18 janvier 2016

GRIFFONNADE 251 : Le départ de Michel Tournier

18 janvier 2016, Michel Tournier n'est plus.  Ce matin, la radio m'apprend le décès de Michel Tournier, à moi qui, depuis trois semaines, suis en train d'enchaîner la relecture de ses livres, avec un nouveau bonheur. Michel Martin-Roland, dans la préface qui ouvre Je m'avance masqué, entretiens que lui accorda l'écrivain, le nomme "ermite qui vit portes ouvertes". Accueillant, certes : la grille de l'ancien presbytère de Choisel restait toujours ouverte, chat, chien et chevreuil entraient pour le plus grand plaisir... [Lire la suite]